vendredi 23 mars 2012

Un peu d'innocence en moins...

Les 3 derniers jours ont été encore plus tendus que les précédents, les enfants confinés dans les bâtiments de leurs écoles ou maintenus dans les cours intérieures, les personnes se rassemblant peu en public, les collégiens ne s'attroupant plus, les épouses de militaires limitant leurs déplacements et leurs mari abandonnant leurs tenues en treillis en public, les propriétaires de scooters se déplaçant autrement... l'ambiance était bien glauque ici croyez-moi.
Nous avons habité près de 6 ans dans le quartier où ce psychopathe a sévi, le premier militaire qui fut tué le fut devant le gymnase qui était au bout de la rue de notre première maison. C'est le gymnase d'un collège d'ailleurs, au petit stade accessible au public le week-end. Nous y emmenions les enfants apprendre à faire du vélo ou roller...
Cela fait froid dans le dos.
Comme on pouvait s'y attendre,  les récits de ce que nous avions évité de raconter à nos enfants selon leurs tranches d'âges leur ont été raconté par d'autres.

Même celui de 4 ans et demi est revenu à la maison avec le 3ème jour.
Pourtant je l'avais cru préservé: Lundi il m'avait dit "on n'est pas allé dans la cour parce qu'il y avait un spectacle". Je me suis dit "heureusement il passe à côté de toute cette horreur" et estimé qu'ils géraient vraiment bien en maternelle, et je répondais à la maison discrètement et tant bien que mal aux questions du cadet et des aînés, en jonglant pour les rassurer et les informer au minimum pour qu'ils ne se fassent pas embobiner par des récits abracadabrantesques à l'extérieur, qu'ils comprennent et respectent la minute de silence demandée, et qu'ils ne se mettent pas en danger en cas de psychopathe casqué en virée dans notre quartier.
Mardi  à nouveau Petibou n'était pas allé dans la cour, "parce qu'on a fait carnaval dans l'école", ok mon chéri, c'est super ça! Je me suis dit, "pourvu que l'on trouve vite le coupable parce que les animateurs vont avoir du mal à inventer quelque chose chaque jour".
Je me félicitais que personne n'ait vendu la mèche à mon petit chaton. Plus tard après discussion avec une animatrice des temps de loisirs qui me disait que certaines maîtresses en parlaient apparemment aux enfants et m'apprenait que certains enfants de 5 ans racontaient tout fort dans la cour "le méchant il tue des enfants dans les école"(!!!???) , je me félicitais que mon fils refuse d'entendre/comprendre/y croire et préserve ainsi son innocence.

Mais voilà que mercredi midi il m'a dit: "ça y est maman ils l'ont attrapé".
- :^° De qui tu parle mon chéri?
- Ben du méchant maman.
- §-/ De quel méchant tu parles mon coeur?
- Du méchant du spectacle maman!
- §-! Raconte moi un peu ce spectacle?...
- Il y a un méchant qui attaque et la police le cherche.
- :^(((( Ah oui? Et il attaque qui le méchant dans le spectacle?
- Ben tout le monde maman, même tout ceux qui regardent le spectacle!
- :-0 Et la police l'attrape alors?
- Non, pas dans le spectacle, il cherche tout le monde pour attaquer, il faut se cacher.
- §-#

Et il faut croire que quelqu'un de bien intentionné s'est efforcé de le ramener à la raison hier en lui expliquant que le méchant était dans Toulouse et que la police l'a trouvé.............

Je me suis bien gardée de lui répondre qu'"ils" ne l'avaient pas encore "attrapé".
Je ne sais pas ce qu'ils lui ont dit aujourd'hui, alors que la cour est toujours interdite et les abords de l'école barricadés, j'ose espérer quant même qu'il n'est pas au courant de la fusillade...

Mais la première chose que j'ai eu à faire en récupérant le cadet ce soir, c'était d'admettre que le terroriste était mort en sautant par la fenêtre et tirant sur la police, et de démentir qu'il ait tué un policier aujourd'hui, parce que les enfants rentrés déjeuner chez eux à midi avait tous regardé le journal à la maison :^$ Youpi en CM1 le journal tv de la fusillade à table! Tu veux du yahourt?

Nous sommes soulagés que cet homme ne puisse plus nuire. Je suis pourtant sincèrement désolée que cela passe par sa mort.
Ce qui s'est passé cette semaine va vraiment marquer les toulousains longtemps je pense, et j'espère profondément que le climat serein entre les communautés dans la région va se maintenir car le bien vivre ensemble fonctionne bien ici.
C'était assez dur pour moi de gérer la vie de famille dans ce contexte en l'absence de mon chéri en déplacement ces 3 derniers jours, je suis bien fatiguée maintenant.
Et révoltée qu'on ai parlé de ce tueur à mon petit dernier

Je ne sais pas pourquoi je vous raconte tout ça je vous avoue, c'est peut-être ma façon à moi d'essayer de tourner la page d'un moment difficile. Nous aussi nous avons perdu une part d'innocence. Une de plus. Il m'en reste encore par bonheur. J'aurais aimé que mes enfants gardent cette part là encore quelque temps.

5 commentaires:

lA GrenOuille a dit…

j'ai terriblement aimé ce billet. Je ne sais pas si tu l'as entendu. J'ai bien aimé cette réponse. Et j'ai beaucoup réécouté la chanson de Barbara depuis.
Bon courage.
http://www.dailymotion.com/video/xpn2n8_mes-chers-enfants-francois-morel-23-03-2012_webcam

Plume a dit…

Merci la Grenouille, car non je ne l'avais pas entendu, et je suis tellement d'accord... Tristement d'accord d'ailleurs :^/

somethingbeautiful a dit…

je suis restée au chaud aussi en atendans que ça passe ...sale histoire...

Mulot a dit…

La violence, ce qui me choque c'est la violence, ce cycle que l'on visionne en boucle à la télé, des images de l'école, les visages du tueurs, des victimes - on s'est repu de cela, de cette violence. j'ai trouvé cela angoissant et psychologiquement agressif.

Plume a dit…

Comme je te rejoins.
On nous éclabousse tout le temps de cette violence, et je n'ai de cesse de m'exclamer "oh mais ça fait peur" devant les dessins animés des enfants. Encore à l'instant un de mes aînés a regardé Kho Lanta. Un candidat est éliminé. Apparaît à l'écran une photo de lui qui s'embrase!!! Moi ça me choque. Est-ce vraiment nécessaire? Mais je dois dire que la symbolique du couteau pour connaître les gagnants d'une émission culinaire me heurtait aussi beaucoup.
Je ne veux surtout pas me blaser de ça pour autant. Je préfère que cela me blesse que m'y habituer!