vendredi 31 décembre 2010

voeux

Mon voeux le plus sincère pour l'année à venir, même si j'en ai mille pour le monde et les gens, concerne notre vie familiale.

Pour que cesse ce qui est difficile à nommer, à énoncer clairement, ce qui n'est pas clair mais qui nous empoisonne parfois, ce moment de nos relations à nos enfants où nous sommes totalement excédés de ne pas obtenir d'eux un phénomène basique qu'ils ont un mal fou à fournir quand l'exécution en paraît si simple et où il me paraît évident que pour être si laborieux c'est à un autre niveau pas du tout basique que les choses se jouent.

Là où je n'aurais pas de mal à dénouer les choses à distance en tant que conseil et où je n'en peux plus de ne pas y arriver concrètement, où je souffre de ne pas réussir à me décoller de la situation, et où mon chéri et les chérubins pataugent autant que moi, chacun campant sur ses positions, douloureusement, maladroitement. Là où l'amour est là et ne demande qu'à avoir de l'espace pour souffler, là où dès la porte de la maison passée le conflit se rappelle à nous, polluant tout tant qu'il n'aura pas trouvé sa résolution.

Et où je sens que finalement c'est à nous de déposer les armes, tel le père dans Et au milieu coule une rivière, qui après avoir laissé son fils des heures devant son assiette sort du conflit par le haut en n'insistant pas, en revenant vers lui sans un mot pour signifier la fin des tensions et sans revenir dessus par la suite, au soulagement de toute la maisonnée dont l'ambiance était affectée.
En reconnaissant silencieusement ainsi la force mentale de son fils, même pour une cause inutile, sans même un mot de remontrance car les heures passées ont suffit à cela. En révélant par là sa perception claire d'un versant positif d'un trait de personnalité de son fils pas vraiment facile à percevoir au premier abord, dans une situation si banale. En ne reniant pas une once de sa part d'autorité paternelle. En total respect et sans rancoeur. Une vraie leçon de parentalité je trouve.

J'aspire à ça pour ce qui nous occupe depuis quelques jours. Et nous a déjà occupé par le passé.
Je déplore les heures de vacances ratées et leurs empreintes vilaines dans les esprits, pour une chambre toujours pas vraiment rangée malgré les punitions et les sermons qui s'accumulent et nous blessent nous, lui, et nos belles relations. Chaque mot de plus sur le sujet, chaque regard levé au ciel en passant devant sa chambre est un caillou de plus dans nos souliers.
Il faut lâcher sans se trouver lâche, sans l'être.

Alors je fais le voeux d'être une mère meilleure. Et de ne pas trouver ça plus fatiguant.

happy birthday

 100 ans de Muséum, Punch, tu ne les fais pas je t'assure.

lundi 27 décembre 2010

Happy

J'ai passé un vraiment joyeux Noël.
3 jours avec des gens que j'aime, pas loin de chez moi, des préparatifs mais pas trop, le sens de la famille, du jeux et du rire, du partage, la bonne table et les saveurs d'hiver d'enfance, des jeux longtemps ensemble, et enfin ceux que j'aime chez moi, et on recommence avec les mêmes ingrédients, pour le plaisir de recevoir. Pas de chichi, pas de blingbling, juste nous, de l'humour, de l'amour, de la qualité, de la proximité. Plutôt bien que beaucoup, plutôt juste que cher. Et les enfants heureux, contents, joueurs, complices, sous nos regards couvants mais pas collants. C'était chouette!
Alors merci à tout ceux qui m'ont souhaité un joyeux Noël, vous êtes forts, recommencez l'an prochain surtout!

Et comme je l'ai souhaité à beaucoup de monde aussi j'espère que ces fêtes sont de bons moments pour vous aussi!

Maintenant chéri va être une semaine en vacances et je fais le voeux que cette semaine en famille soit chaleureuse, affectueuse et vivante.
Nous aurons encore un peu de visite, qui me fait plaisir, et un réveillon sûrement surprenant.

Je vous souhaite une heureuse et joyeuse fin d'année 2010.

Que la vie vous soit douce!!!!

Surprise de Noël, la suite

Ils ne se sont toujours pas rencontrés!!!

Venant de Corse, elle a été bloquée pendant sa correspondance à Paris par la neige après évacuation du terminal 2 de Roissy!!
Pas coooool. Du tout.
D'autant que mon frère n'avait pas sa fille non plus auprès de lui cette fois.
On était un peu triste pour lui, pour eux, il était chamalow (mais heureux d'être bien entouré) et on sait qu'elle était très déçue et triste de se retrouver dans Paris à dormir au pied levé chez des copains à l'incruste pour les fêtes...

Ils s'appellent beaucoup, au moins 5 à 6 fois par jour, sont tout mignon au téléphone, ont vraiment l'air accro et ont très très envie de se voir maintenant après des semaines où elle avait peur de le rencontrer. Ils ont eu beaucoup de Rdv manqués, et là ils n'en peuvent plus.
Je leur souhaite une belle rencontre très rapidement, et une belle histoire longue et douce pour 2011 et toutes les années suivantes!

Vivement que son magasin soit vendu...

Au fait... j'ai enfin à nouveau un apn!!!!
Mais je suis un peu dégoutée je m'en suis servie d'urgence pour les fêtes sans faire des pré-réglages et sans lire le mode d'emploi (avant j'avais le même appareil mais d'une version biennnnnn antérieure), et j'ai beaucoup de photo floues, snif.

vendredi 24 décembre 2010

Surprise de Noël, déjà

J'ai appris il y a 3 heures, en faisant une promenade avec mon papa ma soeur ses enfants son mari mes enfants - histoire d'aérer les mômes en mode je tiens plus en place mais je ne fais rien de ce qu'on me demande, et juste après avoir découvert que mon portail tout neuf se barre du poteau où il est censé être fixé et a explosé la serrure en claquant, youpi- que la copine de mon frère, qui vient passer les fêtes avec nous (nous au sens familial large), et qui va arriver à Toulouse à 16h... ne l'a encore peut-être jamais rencontré!!!

En tout cas il y a 3 semaines ils ne s'étaient encore jamais vu malgré des heures sur internet et au téléphone!

"Papa, Maman, je vous présente L., avec qui je viens de faire connaissance à l'aéroport. Joyeux Noël!"

C'est énorme.

mercredi 22 décembre 2010

l'exploit du jour

J'ai repeint intégralement mon entrée aujourd'hui.
Cette entrée qui m'a demandé l'an dernier des semaines à détapisser tant le papier peint tissé qui en ornait les murs avait dû nécessiter des kilos de colle au cm2. A moins que la personne qui l'avait posé soit une névrosée du papier peint. Le cumul des deux n'étant pas exclu.
Cette entrée qui était ornée initialement de corniches en plâtres sur lesquelles figuraient tous les 50 cm un torse de chérubin, le tout laqué couleur caramel. De toute bÔté. Que j'ai pétées à coups de burin, parfois sur les mains, vive les gants de maçon.
Cette entrée dans laquelle un directeur de travaux expert en escroquerie a abattu des cloisons sans rattraper les plafonds, c'est peu de le dire.
Suite à quoi cette entrée à mis à jour deux magnifiques murs de crépis saumon qui ont été recouverts de placo.
Donc cette entrée qui a vu des passes et des repasses d'enduit de rebouchages, lissages, ponçages, lissage, ponçage... au fil des semaines de l'année et des derniers jours.

Bref, je l'ai repeinte aujourd'hui.
La sous-couche partout, sauf au plafond.
Plus, parce que je n'en pouvais plus de le voir, le cadre miroir en stuck (stuck = qui ne se retire pas du mur sans tout péter. Donc péter le grand miroir aussi. Et j'ai beau ne pas être vraiment superstitieuse, je ne suis pas encline à provoquer la chkoumoune non plus, ni à faire exprès de ramasser plein de morceaux tranchants partout par terre à moins d'avoir vraiment un projet qui tue pour ce mur), tour de miroir donc qui était d'une couleur dorée chamoirée immonde depuis l'acquisition de la maison. Gris scandinave maintenant. Aaaahhh.

Bon vous me direz "c'est malin d'avoir peint une couleur avant d'avoir fait le plafond il va falloir la protéger maintenant". Et vous aurez raison. C'est pourquoi je me retient de peindre la porte d'entrée et des wawa, parce que ce serait plus grand à protéger qu'un miroir.
N'empêche je vais peut-être me les faire en sous-couche ce soir ou demain ... Le caramel satiné c'est vraiment laid. Et puis la sous-couche ça n'a pas besoin d'être protégé...

Mais maintenant mon entrée est immaculée pour recevoir pour les fêtes. Plus de placo pas beau ou murs avec motifs d'enduits dans ma ligne de mire.
J'ai la banane.
Mais je suis vannée quand même...

Photo... quand le père Noël sera passé, j'en peux plus, 2 mois sans apn!!!

22h35: ça y est, je viens de finir de passer la sous-couche sur la porte d'entrée et sur celle des wawas! C'est tout blanc!

lundi 20 décembre 2010

Inédits!

Quand mes enfants sont nés, et particulièrement les aînés (le 4ème m'en voudra, je n'ai pas tenu longtemps pour lui!) je notais scrupuleusement leurs premières fois en les racontant dans un cahier. Des plus anodines aux plus remarquables. Et j'essaie souvent de regarder mes journées en essayant d'y percevoir de nouvelles premières fois pour chacun.
En 2 jours presque 2 premières fois chez nous.

* Hier une presque première fois pour moi.
Roulement de tambour méga suspense... : ma soeur m'a appelée rien que pour me demander de mes nouvelles!!!!! Inoui non?
En plus il a suffit que ma maman lui annonce qu'ils dormiront chez eux et pas chez nous pour qu'elle s'inquiète. Peut-être s'est elle inquiétée de savoir si on était content de les voirs et non pas de comment nous allons. Mais peu importe. Elle a appelé rien que pour ça.
En plus elle a bien écouté la réponse et a à peine parlé d'elle.
Incroyable.

Non parce que pour info ma soeur ne m'appelle pas pour mon anniversaire, ni quand je suis hospitalisée, ni quand j'accouche hein quand même. Et elle ne vient pas aux baptèmes des enfants ou 1ères communion, ni ne me prévient quand elle organise une fiesta pour l'anniv' d'une décennie de mes parents. On part de loin. J'avais fini par me faire à l'idée que ma soeur se comporte comme une fille unique. Donc ça c'est wowww.
J'ai l'impression que le karma de Noël est peut-être avec moi... (héhé, Père Noël tu as bien ma liste hein!)

* Aujourd'hui 1er rdv de bilan psy pour mon fiston atypique à l'école.
Il y en aura 6 autres de janvier à février pour la batterie de tests et la restitution des résultats, mais le junior a bien aimé l'entretien et a trouvé la psychologue bien sympathique. Et c'est vrai qu'elle l'était.
1ère fois que la psy que je suis emmène un de ses loupiots chez une collègue. Ca m'a fait plutôt drôle avant, quand même.
J'aimerai tant que ça l'aide à mieux se comprendre lui-même, que cela nous aide aussi à mieux comprendre certaines de ses difficultés au milieu de tout son potentiel, et puis à comprendre ses processus cognitifs de prédilection, pour faciliter sa mémoire notamment.

Ah et puis en rentrant du rdv psy, je reçois un message de mon frérot qui change de numéro de tel.
Ni une ni deux je l'appelle pour avoir des news.
Côté magasin rien de mieux. Il est censé être en SARL mais la boîte qui lui a fait signer le contrat lui a fait aussi signer une convention personnelle. Donc s'il vend son magasin a perte il perdra plus que les billes qu'il y a mise, il paiera encore des dettes dessus pendant des années. A moins qu'il ne fasse reconnaître la convention personnelle comme abusive. Ô joie de l'embrouillamini juridique qui se profile.
Mais sinon... il viendra peut-être accompagné à Noël. Et la minette viendrait de Corse à Toulouse (via Paris? faut être motivée en ce moment!) pour passer les fêtes avec nous, et a l'air de bien vouloir le gâter, elle aurait réservé un bel hôtel place du Capitole... C'est chouette pour lui d'être bichonné. Même si j'avais bien envie qu'il dorme chez moi. 24h à Toulouse, combien en passerons nous ensemble? Il me manque mon petit frère.

Bref, des nouveautés intéressantes donc par ici...

vendredi 17 décembre 2010

Très cher Père Noël

Je me permet de vous écrire même si je suis censée être une "grande personne" car un certain nombre d'ado me dépasse d'une tête.  Cqfd.


En effet cela fait longtemps que je n'ai pas beaucoup de surprise à Noël car :
- soit il me manque énormément quelque chose et donc ça tombe bien c'est l'occas' de me l'offrir les gens y pensent tout seul (auquel cas je m'en doutais mais ça fait quand même bien plaisir), 
- soit j'ai tellement envie d'un truc que j'en parle tout le temps et chéri à pigé et veut me l'offrir mais parfois ne le trouve pas et fini penaud par me dire d'aller l'acheter (mega surprise au pied du sapiiiiiiinnnnnnn + mega plaisir, quand même), 
- soit il manque énormément une idée aux gens et oh! ils me demandent et oh! je réponds un truc plutôt que d'avoir à nouveau une boîte de chocolat que tout le monde va dévorer le soir même et du foie gras qu'on ouvrira le lendemain (mega surprise au pied du sapiiiiiiiiinnnnnn + au moins j'ai pas une daube... quoique ça peut dépendre de l'interprétation de l'idée...)
- soit les gens ont une idée, te la soumette et tu dis ok si tu la trouve pas nulle (mega surprise au pied du sapiiiiiiiiinnnnnn + ça fait quand même bien plaisir aussi quand elle est assez bonne)


Remarquez qu'en surprise j'ai eu ma dose de mauvaise aussi hein. Vous vous souvenez, père Noël, du cendrier en terre peint en noir en forme de femme couchée sur le ventre offert par une tante de chéri la première fois que j'ai passé Noël chez lui? Si, celui où la cambrure de la jeune dame devait accueillir la clope, avec des détails de peintures fluo tribales sur les seins et les fesses... Et le caraco en satin rouge ajouré que Belle-Maman a ramené d'Italie pour moi? ...

Donc comme cette année je suis déjà en configuration 1 avec chéri et 4 avec mes parents et 3 avec mes beaux-parents qui tirent la tronche, ils voulaient se mettre en configuration 4 et chéri a dit non à leur idée plutôt désagréable, j'attends de voir les trouvailles de ma soeur qui est assez forte dans le surprenant quand même. Pour mes 35 ans en mai j'ai reçu de sa part... une tirelire en forme de chouette. Oui oui oui... je ne sais pas quoi faire de cette chose. Mais je ne savais déjà pas quoi faire du tee-shirt à la mode des sexagénaires qu'elle m'avait offert l'année précédente remarquez. Ma soeur connait si bien mes goûts.
Notez que mes enfants se tapent chaque années des cadeaux pour enfants de l'âge des siens, qui sont plus jeunes. Surtout si c'est un jeu ou un livre. Ou un truc moyennement éclatant à l'ouverture du paquet, genre le mini sac à dos Decathl*n, chacun le sien chacun sa couleur pas de jaloux  joyeux Noël, quoi t'en a déjà un? ben maintenant t'en a deux. Ils sont donc surpris aussi. Mes aînés ont les boules. Ca va avec le sapin. 
Après 2 Noël sans l'avoir vue et lui avoir envoyé les cadeaux par colis je ne sais pas si le sac à main home made d'il y a 2 ans lui a plu, ni si l'album de Margaux Motin de l'an dernier l'a fait rire. A moins que le fait de n'avoir pas eu de nouvelles, ni de cadeaux pour adulte dans celui qu'on a reçu, soit une forme de réponse... On verra bien le 25.


Tout ça pour vous dire cher papa Noël, que si vous aviez la bonté de consulter la liste suivante, qui ne pèse absolument rien dans la hotte, j'ai pensé à votre dos déjà bien éprouvé, et que vous vouliez bien exaucer quelques voeux voire tous ce serai parfait, je ne bouderai ni ma surprise ni mon plaisir.

Avec mes remerciements les plus chaleureux et en vous souhaitant bon courage pour vos livraisons, Plume.

Cher Père Noël je souhaiterais:
- que mes parents vendent leur maison en région parisienne. Elle est vide, elle est toute repeinte, elle est parfaite. Parce que maintenant qu'ils doivent faire 700km pour tondre la pelouse, ramasser les pommes, les mirabelles et les noisettes, et allumer le chauffage pour que les canalisations ne pètent pas, c'est pénible et pas bien écologique ça tout de même. 
- que mon chéri ait une belle augmentation. Parce qu'à force de se récupérer de plus en plus de responsabilités sans jamais toucher un kopeck de plus et avec 6 bouches à nourrir dont une ex-entrepreneuse pas indemnisée il n'est pas aidé pour faire bouillir la marmite. Sinon on va finir par boire le bouillon.
- que mon frérot réussisse à vendre son magasin sans y perdre son pantalon vu que sa chemise, son couple et sa gamine sous son toît c'est déjà fait. Que ça se fasse rapidement parce que bosser 85h par semaine ça suffit comme ça. Et que la minette qui lui tourne autour soit plus que réglo, please, cadeau bonux, j'ai été sage.
- qu'une femme de ménage parfaite + les moyens de la payer me tombe du ciel. C'est un SOS. Après promis je me bouge les fesses pour faire des choses plus intéressantes de mes journées (si tu as dans ta hotte un projet sympa-faisable-de ma compétence-pas épuisant-compatible avec une audition un peu décatie- pour dans 6 mois, tu me fais signe quand même ok?)
- que mon fiston n°1 déploie ses ailes
- que mon fiston n°2 s'apaise
- que mon fiston n°3 goûte au plaisir de la modération
- que mon fiston n°4  réussisse par lui-même à virer le chat de sa chambre
- que mon chat arrête de se gratter devant les gens alors qu'il est traité comme une horloge à l'antipuce.
 Bon et puis si je peux voir plus mes copines, voyager, recevoir des shoes de rêve gratos et assister à l'avênement de la paix dans le monde, ça serait le top.


Voilà, "c'est tout"!
Merci Père Noël!

mercredi 8 décembre 2010

:^,

Bon vous avez vu... ça me démange d'écrire. Vous allez donc continuer à me subir quelques temps. Inch'Allah

Quelle note?

Suite au post de Roca dans lequel je me suis bien reconnue il y a quelques jours, puis  celui de Laet sorti la même semaine (si vous ne connaissez pas le blog Le monde des enfants, allez découvrir, cela fait du bien de réfléchir à plusieurs en bonne intelligence, avec bienveillance), qui m'a touché, j'ai envie que certaines choses changent vite dans l'éducation de nos enfants.
Parce que l'un de mes loulous ne rentre pas tout à fait dans le moule scolaire français, sans être complètement à côté, et que de petits grains de sable s'accumulent et empoisonnent sa vie quotidienne et la nôtre, parce qu'ils sont des milliers comme lui et qu'il "faut faire avec" le système en place.
Et bien non peut-être pas tout à fait.

On peut faire changer les choses.
Dans le service public oui, pour tous.

Il n'y a que ceux qui ne savent pas que c'est impossible et vain et utopique qui essaient dans la vie, quel que soit le domaine. Et assez souvent ils y arrivent alors.

Laet évoque dans son post un livre évoquant certaines failles et défaillance de la scolarité à la française par rapport au fonctionnement scolaires des nations ayant les même résultats, et elle y énonce l'idée entendue en débat à la radio de la suppression des notes à l'école.

Je vois d'ici les cheveux de certains se dresser sur la tête.

Alors pour que vous compreniez mon état d'esprit, et peut-être que vous y pensiez à votre tour, je vous redonne ici mon commentaire à son post:

"En tant que mère (non enseignante) je me dis que à nous parents aussi de nous défaire du verdict de la note, qui nous blesse et blesse nos enfants quand elle nous semble insuffisante, et à nouveau blesse nos enfants en passant par notre regard.
Et je m'en veux, d'être le miroir et le vecteur de cette blessure. Et il va me falloir faire intervenir ma raison, et ma volonté, pour que cela change, pour faire taire la trouille (oui la trouille, foutue ambiance dans notre société qui m'inspire cela quand je sais mon enfant si doué de milles choses) et la colère (contre cette société qui me donne la trouille, contre mon fils qui me la fait éprouver) qu'une moyenne inférieure à la moyenne de la classe suscite.
Et en parler à leur père aussi, pour qu'à deux nos regards changent.

Et à beaucoup de parents autour de nous. Pour que ça change oui.
Faire taire les doutes en moi sûrement, dire non à la trouille...
Ca ne sera pas simple."


 Et parce que pour tout ça je veux retrousser mes manches, j'ai dis à mes aînés dès ce matin au petit-déjeuner - parce que je sais que des notes ils vont encore en avoir énormément : 
"vous savez, une évaluation sert au professeur mais aussi à vous-mêmes, (et à nous comme indice que vous avez peut-être besoin d'aide) à savoir si vous avez compris la leçon qu'il vous a enseignée, et compris comment l'appliquer. 
Si c'est le cas vous aurez entre 17 et 20. Si vous avez compris la leçon mais avez encore du mal à l'appliquer vous aurez environ 15. Si vous avez moins c'est que peut-être que vous avez moins bien, voire pas du tout selon la note, compris ou intégré la leçon, ou pas comment l'appliquer. 
Donc selon votre note vous saurez si vous devez revoir plus ou moins intensément cette leçon, reposer des questions, corriger et vous ré-exercer. 
Peu importe combien ont les autres en fait. L'important dans tout ça c'est que vous sachiez si vous avez mal compris, pour pouvoir retravailler et aller plus loin dans vos connaissances et ne pas perdre le fil de l'année."

Je ne saurais dire si c'était judicieux, mais c'est un pas pour moi de le formuler comme ça. Et il me semble bien que cela en a soulagé 2 d'entendre ce son de cloche un tout petit peu différent.

Par ailleurs comme j'aimerais, pour les professeurs et par extensions nos enfants leurs élèves, les citoyens de demain, que l'enseignement puisse être une voie professionnelle permettant de travailler dans un cadre et d'une façon qui permette l'épanouissement personnel et le plaisir au travail. Vite, les suédois, vous qui avez moins d'élite mais ne laissez personne sur le bord de la route, vous dont les enseignants sont heureux au travail, montrez vos méthodes!

dimanche 5 décembre 2010

J'étais dans le désert... depuis trop longtemps...

Sentiment grandissant de bloguer dans le vide depuis un sacré moment. Pas complètement dans le vide, j'ai mes petites fidèles, je sais bien, je vous suis les filles de toute façon.

Mais après des années de blogs, plus de 5 ans en tout, même si je pense que j'aurai un peu de mal à m'en passer je me pose vraiment fortement la question de me sevrer de cette addiction.
J'espère qu'en art plastique j'intéresserai plus de monde...

samedi 4 décembre 2010

mmmm...

Ca avait bien commencé, chéri sur le mode "je suis actif aujourd'hui" et moi sur le mode "j'ai envie d'une journée chaleur familiale et joie de l'avent".
Donc il s'est levé et pas moi. Il a emmené loulou number one au tir à l'arc, et est revenu une heure et demie plus tard avec loulou, un sapin, et de l'isolant pour le toît (mr l'escroc de 2008 aurait vraisemblablement ... oublié on va dire... d'en mettre quelque part. Rectification de ... l'oubli... prévue lundi aprèm. Par un autre).
Là je me suis dis "ça commence fort". J'ai envoyé pour la première fois de la saison le cd de chants de Noyel que les lutins adorent (non, pas cucul. Et qui ne dure pas 15h non plus, juste ce qu'il faut de grand classique que même s'ils les chantent à tue-tête tu penses à ton enfance, et tu te dis que le 25 avec une coupe dans le nez personne ne se fera prier pour chanter à tue-tête avec eux) et je suis partie prendre un bain.
Quand j'en suis sortie après gommage, masque pour les cheveux et tutti quanti, chéri avait confectionné un pied pour le sapin, et ça sentait très bon le poulet rôti dans la cuisine, mais chéri avait d'autres idées pour passer à table et trouvait que je sentais assez bon aussi.
Après le repas, ni une ni deux les enfants étaient au taquet pour décorer le sapin qui avait dégelé entre temps. Là chéri tout à coup était beaucoup moins à fond et pas du tout enclin a chercher les déco de Noël au grenier. C'était moins drôle tout de suite. Encore moins quand il s'est cogné contre une poutre dans les comble. Beaucoup moins "chaleur familiale et temps de l'avent" en tout cas.

J'ai fait moi enfin quelque chose de ma journée, et enfilé plein de petits fils sur des pains d'épice acheté la veille et qui remplacent cette années les boules sur notre sapin. Les enfants ont aidés par intermittence en décrochant de Niko le petit renne que chéri regardait avec le pois plume comme si c'était le film de sa vie. Et j'ai fini la déco de Noël. Il a monté la crèche.
Depuis il a passé 5 heures sur le canapé, qui en dormant, qui en zappant devant le tennis, pendant qu'à force de me faire ch... j'ai repris les aiguilles et avancé mon GRR tout récent.
Il a  découvert il y a une heure qu'on a plus qu'un oeuf dans le frigo, ça va pas être pratique pour amener un cake salé a la teuf de ce soir à laquelle il n'a pas envie d'aller (surtout qu'il faut se déguiser et peut-être qu'il y a un risque de danser, argh, au secours, chéri va mourir du déhanché).
Bref j'ai fait une salade et je n'ai plus qu'à me déguiser en 70's. Vu comme on se caille je la joue collant flashy, minijupe en jean et tee-shirt star wars d'un de mes fils. J'ai pas de quoi faire power flowers en décembre moi...
Aller chéri, c'est l'heure de mettre ton patte d'eph', la baby-sitter va arriver.
Smile!

jeudi 2 décembre 2010

Les vies se croisent

Il y a 10 jours je prenais - sans trop avoir le temps mais en voulant saisir discrètement l'instant - cette photo là:
 statue du dieu Horus, musée du Louvre

Aujourd'hui j'en découvre une autre déclinaison ici. 
Et cela m'amuse.
Combien sommes-nous à avoir saisi un autre devant cette statue? Et-moi, aurait-on aussi figé ma rencontre?

Nous sommes 6 milliards d'autres à nous croiser sans cesse. Nous sommes les anonymes des albums pris sur le vifs des autres.
:^)

Vous ne trouvez pas qu'ils se ressemblent vous?

  
    

C'était surréaliste #3

Bon j'en fini avec ma visite parisienne? Je n'aime pas laisser les choses en jachère.

Donc je me suis levée le dimanche de bon matin (je vous jure, pour une fois que je pouvais dormir un peu) après avoir bien dormi (comme quoi on se fait vite à dormir avec sa mère, mouarf!).

J'ai pris un tout petit peu mon temps, puis passé beaucoup trop de temps dans le métro parce que j'ignorais que la ligne 1 était fermée entre la place de l'étoile et je ne sais plus où jusqu'à 10h du matin. Bref, ça faisait déjà un moment que j'étais levée finalement quand je suis arrivée... au Louvre.


J'y ai vu des choses belles belles et rares, parfois comme un peu oubliées là. Surprise de voir certaines salles si bien léchées et quelques autres aux vitrines si anciennes que l'agencement n'est pas à la hauteur des trésors renfermés. C'est tellement grand. 
J'y ai croisé bien du monde. Des gens de tous pays, des qui posent et d'autres qui photographient, des qui regardent (les oeuvres et les gens), des amoureux en ballade intelligente, des solitaires pas tristes, des épatés bluffés la bouche ouverte et des indifférents, des qui s'attardent et d'autres pas, des perdus même avec le plan.
Pas une sonnerie de téléphone, très peu de bavardage et pourtant la tête qui fini par bourdonner.
Et je n'ai eu le temps, en 4 heures, que de voir les expositions égyptiennes et orientales, et les peintures flamandes et allemandes... extraits:

     


    
  

C'est totalement fourbue et épuisée que j'ai quitté Paris. Mais la tête pleine de belles oeuvres et une bonne dose d'oxygène entre les oreilles et les bras.
Prête à retrouver la peau douce de mes crapules... et le lit de mon homme!

mardi 30 novembre 2010

Quatre-quart

Pour fêter les 4 ans du blog de notre chef cuistot Flo:

moi à 4 ans

mon 3ème larron à 4 ans (8 aujourd'hui)

 l'arrivée du 4ème larron (3 ans 1/2 aujourd'hui)

 les 4 larrons cet été

Joyeux anniversaire Flo!

vendredi 26 novembre 2010

C'était surréaliste #2

Bon il s'agirait peut-être que je vous raconte la suite de mes périgrinations parisiennes. Non pas que je sois convaincue que ça vous intéresse vu l'élan de milliers milliards le peu de com' dont vous m'affublez tout le temps que mes notes suscitent. (Auto-flagellation mentale mon amie, pourquoi ai-je un blog déjà?... Heureusement que certaines d'entre vous bien plus nombreuses que ce que j'imaginais m'ont données leurs mails à l'occasion de mon changement d'hébergeur de blog, sinon j'aurai vraiment l'impression d'écrire dans le désert. De Gobi, en plus. Passons. ).
En fait si il est probable que ça intéresse toutes les fans d'Estelle qui passeraient par là histoire de percer le mystère de ce qu'on peut bien faire ensemble et mon Dieu comment se fait-il qu'elle soit mon amie pour la vie à moi sombre inconnue de la blogosphère??? (*)

Donc pour les fidèles lectrices silencieuses, je poursuis mon récit:
Où en étais-je déjà?
Ah oui. Je me suis extirpée de mon lit (enfin mon lit... je vous le dis ou pas? Du lit de mes parents. Oui. J'ai dormi avec ma mère. Je n'ai plus qu'à retourner voir mon psy. Passé mes 4 ans si on me l'avait dit un jour... Avec mon papa sur un matelas gonflable dans le salon en plus. Hallucinant non? J'ai beau eu tempêter pour avoir le lit d'appoint quand ils me l'ont annoncé, ils étaient tellement furax que leur canapé convertible n'ai pas été livré à temps, ils avaient peur que j'ai mal au dos etc... qu'ils n'ont rien voulu entendre. Et quand je suis rentrée à 1h du mat' ben évidemment ils avaient fait à leur idée et je n'ai plus eu qu'à me glisser à côté de ma maman), je n'avais pas eu une nuit de rêve.
Mon concept de nuit de rêve : ne dure pas que 6h, ne se passe pas à côté de maman, aussi doucement tire-t-elle la couverture à elle qu'il soit, se passe d'accouphène et de phases d'insomnies cogitatoires, comporte au moins une partie de jambe en l'air, bien faite la partie de jambes en l'air. Je m'égare.

Bref j'ai réussi à être pile à l'heure pour venir chercher la rouquine à la gare. Youuuuuuuuuuu! C'est déjà incroyable de se retrouver toutes les 2 là. Un petit moment Margaux Motin.
On a filé prendre un café (durant lequel elle m'a gâté la coquine, j'ai maintenant un super swhal trop beau trop chaud tricoté avec amour et des dessous de verre spéciale dédicace), on a clopé dans le square rond-point de verdure du quartier avant l'ouverture du Bon marché qu'on avait envie d'arpenter. On a pris notre temps entre les belles choses (et parfois les choses bizarres mais chères quand même), en fantasmant sur les shoes et les meubles et en échouant comme d'hab au rayon papeterie, c'est maladif. Existe-t-il un vaccin? Si oui je n'en veux pas.

On a poursuit chez Serendipity qui a ouvert sa boutique, où les vendeuses ne disent pas bonjour, où on a déjà tout vu sur les blogs et où on s'explique très mal les prix. C'est joli mais on ne s'éternise pas, de toute façon on ne nous dit pas au revoir non plus. On n'est pas les fashionnista du quartier qui achètent un meuble par semaine, et dont on connaît les prénoms des enfants, c'est sûr.

On file aux Halles où l'on prend notre temps pour déjeuner et parler des proches (dans une brasserie vide mais dont le service est adorable, cette journée est parfaite), on trouve le passage couvert que cherche la miss et elle choisi avec tendresse la laine de ses prochains ouvrages.

On se rend compte qu'à tant fureter et papoter on a pris encore aucune photo de la journée au moment de rentrer à la Maison Européenne de la photographie, justement. Il y a un peu de monde mais on rentre vite. Et l'expo est fournie, variée, "Autour de l'extrême" effectivement. De sublime photos de mode (YSL nu, célébrissime et magnifique cliché) côtoie des handicapés moteurs saisis avec beauté, des photos de Beyrouth éventrée, de bébés à peine nés poussant leur premier cri, de cadavres, de mines anti-personnelles photographiées comme des objets d'art, et de nature magestueuse... les contrastes sont saisissants, parfois dérangeants, la qualité est là. C'est bon de voir ça entre amies. A notre sortie la file d'attente va jusque dans la rue et on ne fait rentrer quelqu'un que quand quelqu'un sort. Ca fait toujours plaisir d'avoir le sentiment d'être passé entre les gouttes. De goutte justement il n'y en a pas, le soleil nous accompagne depuis ce matin. C'est le cadeau bonux inattendu après la brume qui ne s'est jamais levée la veille.

Combien de fois dans la journée s'interpèle-t-on sur l'incroyable de cette journée. Nous avons 10 enfants à nous 2. Et cela fait des heures que nous arpentons Paris à notre guise. Rien de ce que nous faisons ne nous pèse ne nous coûte ne nous est imposé. Tout n'est que tempérance, plaisir et partage. Entre femmes. Qui se connaissent si bien. On parlent de nos maris avec amour et tendresse, en leur absence. Une telle discussion de nos jours, c'est aussi magique en soi. Et nous ne l'ignorons pas.

La journée tire à sa fin et on le sait bien mais encore quelques heures pour faire durer le plaisir. Direction Merci, pour découvrir pour moi, pour m'initier pour elle. On s'amuse de l'empressement fébrile que l'on y trouve. Le bâtiment est superbe, les objets très beaux, parfois très chers aussi. Je sais tous où les trouver à Toulouse, ça me rassure un peu. Il y a un monde fou, il fait chaud et cela parle toutes les langues. Un petit laboratoire social en somme. L'agencement me plait énormément.
J'observe un peu une jeune vendeuse que je trouve très jolie, qui est très active mais qu'un sourire ne quitte pas, de ceux que l'on a quand on est heureux de l'instant. Je me dis que quitte à être une vendeuse de déco hipe on respire plus le bonheur ici que là où nous sommes passées le matin. Le salaire moyen des acheteurs frôle sûrement l'indécence vu ce qu'ils achètent, je ne suis pas dupe, certains s'observent, mais la bonne humeur est là.

Après une emplette ça y est nous avons mal un peu partout.
Combien de km depuis le matin?
Nous longeons une manif' pour les élections en côte d'ivoire en cherchant un endroit pour se poser avant de se quitter, prenons notre temps dans un café avant les au-revoir à la station Bastille.
C'était si bon.

Je rentre me poser un peu avant de repartir au théâtre. En sortant du métro à Troca attendrie par ma belle journée, j'entends une petite clameur plaisante. La Tour Eiffel s'est mise à scintiller et les touristes sont sous le charme. Les appareil photos crépitent. Le mien aussi aller tiens puisqu'on y est. Je suis une touriste ici maintenant moi aussi. Je prend les gens qui me le demandent en espérant que leur photo ne sera pas floue sans flash.

Il est urgent de me reposer un peu.
A 21h j'emmène mes parents au Lucernaire. Ils ne connaissent pas et sont séduit par l'endroit qui évoque tant une adresse que nous aimons près de chez nous. Je suis heureuse de leur faire découvrir le lieu, je sais qu'ils reviendront. Pour le resto, le ciné ou le théâtre, qu'importe. Nous montons au Paradis, nous installons sur les banquettes et assistons au Dernier numéro. Hélène Ventoura, femme clown seule en scène me fait rire aux éclats et sa performance est une poésie pour ma vie. Elle est déroutante, drôle et touchante. Une bouffée d'air qui balaie les pensées et donne de la légèreté. J'ai 8 ans au plus pendant un moment.
Cette nuit là, j'ai bien dormi (avec maman toujours oui!!...)!

(plus qu'une journée à vous raconter et j'ai fini!
En attendant, je partage avec vous l'arrivée récente d'une nouvelle bloggeuse sur la toile, et pas des moindres: elle me fait presque autant rire qu'une ronde, ce qui est peu dire)


(*) hahaha! Cherchez pas. Jamais vous ne lui achèterez son 1er test de grossesse, jamais elle ne vous accompagnera acheter votre premier tailleur, jamais vous ne serez la première à qui j'ai annoncé que j'attendais des jumeaux assise sur son lit d'accouchée, jamais vous ne réviserez avec elle le système parasympatique et les neurotransmetteurs, jamais vous n'exploserez de rire en vous souvenant des pulls de Steph et jamais vous ne serez touchée par des sous-verre en planche de Rorschach. Et puis jamais vous ne pleurerez ensemble en vous finissant au martini dans une chambre de bonne avec vos 2 mecs en larmes à côté de vous, jamais vous ne lui soulèverez sa robe de mariée pour aller aux toilettes, jamais vous ne serez la marraine de mon fils, jamais je ne serai la marraine du vôtre et vous ne pouvez même pas imaginer combien je vous en passe. Cherchez pas je vous dis. 
Mais ne m'en voulez pas non plus hein? Je suis une fille sympa vous savez... :^)

mercredi 24 novembre 2010

C'était surréaliste...

C'est peut-être d'une banalité totalement affligeante pour un tasss d'entre vous.
Mais moi, 1m65, 35 ans, 4 enfants de 3 ans 1/2 à 11 ans, 13 ans de mariage, dont 10 ans en province, 59 cm de tour de tête et pointure 40, rien à voir avec la choucroute, je viens de passer un week-end seule à Paris.
Non vous n'avez pas compris, JE VIENS DE PASSER UN WEEK-END SEULE À PARIS!

Rien que ça c'est un truc de malade.
Si.

Imaginez-moi avec tout mon background de changements de couches, de signatures de mot de maîtresses, de milliers d'heures de lecture de Elle périmés dans les salles d'attente de dentiste/orthodontiste/ophtalmo/orthoptiste/orthophoniste/orl (et j'en passe), mes nuits d'amours et mes corvées ménagères... déambulant dans Paris alone avec mon p'tit sac à main.
Surréaliste je vous dis.

En plus veinarde. Mes parents étant parisiens 10 jours par mois, mon pôpa est venu me chercher à l'aéroport à midi, et j'ai déposé mes bagages dans un appart' méconnaissable. Ma piaule d'étudiante de 20m2 sous les toîts s'était déjà transformée pour mon mariage en 2 pièces bizarroïde de 30m2, avec un mémorable salon ex-couloir de 8m de long+placards sans chauffage dans lequel on avait du mal à ne pas toucher le mur d'en face les jambes tendues dans le canapé (mémorable je vous dis), maintenant c'est juste un petit bijou de 45m2 clair et plein d'astuces, avec plus rien à la même place, surtout pas les murs. Ca m'a fait waaaa dans la tête et le coeur, j'aurai bien aimé que chéri voie ça. Un jour c'est sûr.


Bref, j'ai avalé un morceau, bu un café fait par môman, empoché les clés, et gloussé de plaisir (et un petit peu comme une dinde aussi en agitant les clés et en gueulant "j'y crois pas!! saluuuut!") et d'incrédulité en repassant la porte dans l'autre sens.

Libre comme l'air en bas de l'immeuble.
J'avais du mal à y croire en marchant dans la rue.
Je m'en foutais du temps gris, la tête de la Tour Eiffel cachée en un halo brumeux m'a fait un clin d'oeil et j'ai filé au musée du quai Branly rêvé.


Waouuu, j'avais tout mon temps. J'AVAIS TOUT MON TEMPS! Et je l'ai pris, vraiment! C'est magnifique, les objets d'océanie sont fascinants, je me suis régalée.
J'ai pris toutes les photos qui me passaient par la tête en pensant à mes cours d'art plastiques. Je suis sortie de là remplie et j'ai apprécié l'air frais.

   
J'ai enchainés vers l'expo Larry Clark au Musée d'art moderne de la ville de Paris un pont et 2 rues plus loin.

 Je me prend ma gifle consentante donc. Ces jeunes qui se piquent, baisent, se matent et posent/s'exhibent devant l'objectif sont à peine plus vieux que les miens. Je reste peu devant chacune même si je passe lentement, j'observe autant la photo que le sujet. Comme tout le monde. Qui admettrait/assumerait de mater ainsi en public des ados qui bandent en gros plan dans le cadre codé d'une exposition?
Je ressors vannée dans la nuit, à nouveau heureuse d'être au grand air, plus capable de rajouter une expo pour aujourd'hui de toute façon.

Arrivée à l'appart' les accouphènes m'ont rejoué Le train sifflera 3 fois et je me suis allongée. Une aprèm' à Paris. Deux expos. Sans que ça ne coûte à personne. Dingue. J'ai déjà fait ça et j'ai encore 2 jours de rab'. J'essaie de passer une heure dans un calme olympien.

Il a fallut se remettre en branle une heure après, me concentrer pour ne pas me planter dans le métro, prendre le tram à Paris pour la première fois, espérer le faire dans le bon sens! Marcher encore un peu. Visiter mes amis au 9ème étage en bord de périf' à Malakoff, rencontrer leur bambins. Petit sentiment d'étrangeté avant de refaire le monde jusqu'à 1h du mat' et de me faire un peu avoir par le taxi. Heureuse de les avoir vu mais contente de ma vie de provinciale avec jardin.
Me coucher en sachant que ça sera bref... Estelle sera a Austerlitz à 8h27 demain matin. Taisez vous les accouphènes je sais que j'ai trop bu...


(C'était mon premier jour à Panam', la suite plus tard!)

mardi 23 novembre 2010

Je propose une loi !

... qui interdise les voix niaises de demeurés qui ont avalé de l'hélium dans les pubs pour enfants. Radio ou Télé même tarif.

J'en peux plus que mes stroumphs se fassent prendre pour des lobotomisés mangeurs de foins.

Les concepteurs de ces spots sont-ils des débiles profonds qui ont obtenu l'antenne en soudoyant la maîtresse du directeur de la communication? Des valises diplomatiques transitent-elles autour du globe pour imposer ce lobby puissant dont chaque membre promet allégance à la crétinerie pour pré-pubère?
Suis-je obligée de les laisser faire croire à mon engance que c'est le ton signifiant c'est à eux que l'on parle (et sinon c'est pas la peine d'écouter c'est pour les grands)? Et encore je ne parle même pas du contenu du message, je n'ai pas le temps!
Faudra-t-il que je prenne ce ton de crécelle attardée pour que mes enfants mettent enfin leur linge dans le panier à linge sale?

Misère.
Messieurs du parlement... faites un geste!
Paris 19 novembre 2010

dimanche 21 novembre 2010

vendredi 19 novembre 2010

Je m'envole

Bienvenu sur le vol air France Toulouse-Paris, nous décollerons avec 1/2h de retard a cause dj brouillard sur Orly et la régulation du trafic aérien, il fera 5 degré a notre arrivée et le brouillard sera levé.

Bon, alors j'ai le temps de vous dire que je m'envole pour 3 jours a Panam, toute seule, et que ça ne m'est... Jamais arrivé depuis ce jour il y a 13 ans ou j'ai épousé Chéri.
Celui-la même qui m'a offert ces billets en nos temps de disette.
Mon programme d'exposition avec repérage de métro en poche ( moi qui pouvais réciter les stations des lignes il y a 10 ans je suis devenue une quiche!), dont ma journée prévue en compagnie de ma Listelle d'amour, le diner prévu chez les amis qui ont 2 enfants jamais vus(c'est dingue la vie!), ma soirée theatre réservée, mon papa qui m'a promi de me preter son apn parce que être a Paris sans pouvoir faire de photo c'est plus qu'un gage, et même mon chéri en de très bonne dispositions (tu ne crois pas si bien dire Telle dans ton dernier com'... :^)...). Je crois que je suis parée!

Bon week-end, je pars dans les nuages

dimanche 14 novembre 2010

maman pirate est défoncée

Une chouette réunion vendredi soir mais qui a fini très tard.
+
13 petits pirates dans la maison hier qui ont chassé le trésor à gogo (+ des heures de préparatifs & moultes engueulades injonctions parentales au pois sauteur fêteur d'anniv' de Bien ranger sa p*t*** de taverne auge à cochon déchetterie chambre avant avant of course)
+
une soirée ciné + bujito avec chéri encore d'aplomb (et puis c'est pas tous les jours que les 4 mouflets dorment chez leurs grands parents, pas question de rester devant la télé malgré le dîner annulé chez la cop' (A., je te bisoute!)!!!)
chéri bien en forme donc (et en même temps je vous dis, pas un gosse au domicile...)
=

mercredi 10 novembre 2010

Un simple jour de pluie

- Allumer la cheminée au lever. Se réjouir de devoir le faire pour chauffer la maison puisque "de tous temps les hommes" ont fait ces gestes là pour ne pas geler, pour ne pas manger cru. Savoir que quand il gèlera dehors on appréciera moins d'avoir oublié de rapprocher quelques bûches de la porte pour les mettre à l'abri autant qu'à portée de main.
- S'autoriser à se recoucher les enfants tous partis puisque la longue journée d'hier à crapahuter en ville et à vivre de bonnes choses m'a fatiguée. Avoir 2 heures devant soi, un magazine, s'assoupir.
- Se réveiller en sursaut et inquiète, on a frappé à la porte, le temps que j'arrive pas très fière de mon accoutrement "on" est reparti, le colis est là sous le porche. J'apprécie et je crie un merci à la volée au toît d'une camionnette. Un manteau chaud acheté d'occasion arrive donc à point nommé pour celui qui a perdu le sien.
- Se remettre sous la couette 10 minutes pour se donner le temps de redémarrer en douceur. Et redémarrer. S'habiller et prendre soin de comment. Avec les talons et les jolies boucles d'oreilles. Pour me plaire plus que certains jours.
- Chercher les 2 mignons à l'école et me réjouir avec eux de nous retrouver. Etre accueillie par les 2 grands rentrés entre temps.
- Leur cuisiner mes hamburgers maison à base de bagels, béarnaise, steack haché, tomates et salade bio, dont ils raffolent. Eplucher les poires de chacun, prendre le temps d'être ensemble.
- Profiter d'un temps calme qu'ils occupent comme ils veulent. Aimer les entendre jouer discrètement à plusieurs au bout d'un moment.
-Trouver un peu le temps long, être un peu triste de ne jamais avoir une fille à cajoler, écouter, initier, admirer, quand bien-même je trouve mes fils vraiment formidables.
- Boire un café léger pendant que le plus jeune regarde un conte de Noël, déjà.
- Etre vexée du carnage fait au goûter, qu'aucun n'ai pensé à préserver l'un des pains d'épices au chocolat pour moi pendant que je vidais le sèche-linge. Me fâcher. Me sentir un peu plus seule encore quand ils fuient tous ma colère. Me dire que c'est un peu dur que chéri ait escrime jusqu'à 21h justement le mercredi, puis balayer l'idée.
- Boire un thé du hammam en surfant sur le net. Regarder le premier épisode de Treme que l'on m'a prêté, m'apaiser sur fond de jazz.
- L'on frappe à la porte et l'on me tient la jambe.
- Relancer le feu presque éteint, j'ai froid.
- Le repassage n'a pas avancé, le chat vient de se lover contre moi. Il est temps de faire le dîner.

Je ne trouve pas simple d'être au foyer. Pas vraiment compliqué non plus. Je me rend compte que travailler avec 4 enfants (et plus d'autant plus) est vraiment rare. Mais je ne suis pas à l'aise encore, de ne pas le faire. Il me manque quelque chose.

jeudi 4 novembre 2010

Vive les vacances, vive la rentrée!

Magique Esterel dépeuplé, magnifique corniche d'or crénelée.
Plaisir de marcher ensemble en cueillant des arbouses, en pique-niquant dans des criques, de lire aussi, (de belles découvertes encore!)..
Et les enfants si calmes pendant 7 jours!
Une vraiment belle parenthèse.







Bon quand on est rentré l'excitation était bien de retour elle aussi.
Entre l'anniversaire du pois sauteur (j'vous jure, la banane de celui-là avec sa guitare/jeu vidéo, à s'appliquer à faire des accords de basse à 8 ans, ça valait le détour!),
le petitou qui refusait de se coucher sans sa toute petite voiture bleue électrique (on ne sait jamais qu'une opportunité de jouer passe par là en pleine nuit) que pile au moment de dormir il ne sait plus où elle est depuis 5 minutes alors qu'il la trimballe tout le temps partout avec lui (St Dinoco priez pour nous),
le duo de 11 ans bons testeurs de nerfs sur le mode "j'ai bien aimé le plat mais il y avait un peu trop de curry à mon goût" vs "à quoi ça sert d'avoir une console ouiii si j'ai pas le droit (de me lever à 6h30 du mat' pour) y jouer!!!???",
le chat franchement mal en point, affamé alors qu'il n'a pas touché aux 2 gamelles de croquettes qu'on lui avait laissées, visiblement victime d'une intolérance alimentaire si j'en crois le vomi trouvé un peu partout dans la maison et les troisièmes paupières apparentes sur ses deux yeux signant de sérieux pépins intestinaux (mais pourquoi chéri a acheté des croquettes de m*rde avant de partir??!!),
et enfin non contente d'accueillir la marraine du cadet 3 jours, d'offrir cafés et thés aux copines et d'avoir mes parents à dîner au milieu de ce joyeux tumulte,
je commençais à sérieusement scruter l'agenda en vue de la rentrée qui avait le bon goût de s'approcher.

Et ce matin comment vous dire...
Ca avait un goût étrange d'Esterel pour moi toute seule.

Et ce fut bon.

dimanche 24 octobre 2010

Pour conclure

Ça m'énerve sur mon IPhone impossible de rajouter des paragraphes a mon précédent post, 10 minutes que j'essaie. Grrr

Tout ça pour dire qu'en avalant ma salade je me suis dis que les vacances promettent d'être haut perchées, accrochons nous a nos encyclopédies. Remarquez qu'on a le temps.
Pas de télé, pas d'ordi, pas de touristes, pas de quoi dépenser et l'Esterel qui se prête a nos randonnées familiales... Un avant-goût du Paradis.

Je vous souhaites a vous aussi de bonnes vacances!

Graines de ... ?

N'en déplaise aux Bogdanov, leur temps est révolu. Et indépendamment de la polémique en cours, je parle de ce temps ou ils passionnaient les foules en vulgarisant l'astrophysique pour nous en faire effleurer les notions, bien que d'après moi leurs combinaisons en papier d'alu avait un effet néfaste sur la concentration des spectateurs. Je ne doit pas être la seule que ce mauvais pastiche du futur a éloigné du propos.
Remarquez que vu ce qu'on apprends ces temps-ci ils faisaient peut-être bien exprès pour qu'on soit largués quelques part entre Einstein et x-files et que leurs lacunes passent inaperçues.
Mes fistons ne vont pas tarder. Et ils sont beaucoup plus sympathiques et drôles.


Tout cela pour introduire une caractéristique bien établie chez nos aines (qui sont affublés depuis leur naissance précoce de crânes plutôt taille gigantesque - pensez, les courbes de leurs périmètres crâniens dans leurs carnet de santé se dessinent bien au-delà de la courbe supérieure proposée, au point que considérés comme légèrement hydrocéphales et meme dans l'attente d'une intervention peut-être... Des scanners ont révélé qu'en fait... Point trop d'eau non dans ces crânes-la, juste de bien gros cerveaux- tu m'étonne, le bob taille adulte a 6 ans je ne m'y attendais pas. Rassurez-vous aujourd'hui leur tête ne parait pas énorme et Dieu merci, pas de menton en galoche chez nous) a savoir: ils nous ont toujours posés des questions relevant de préoccupations, connaissances, capacité d'abstraction étonnantes. Surtout au regard de leur maturité affective plutôt vraiment pas précoce pour le coup (!).

C'est les vacances, ils ont la patate. Nous avons donc déjà eu droit a une soirée d'explication de la notion d'espace-temps et de la relativité, et de son incidence sur la course des planètes. Je le jure. Même que chéri qui écoutait les détails, et il y en avait, a confirmé l'exactitude intégrale du propos.
Ce soir a l'entrée un "maman ça veut dire quoi phallocrate?" m'a coupé dans mon élan.

jeudi 21 octobre 2010

Just in time!

Encore un peu et mon Didou partait demain à l'école avec un sac en plastique dans son petit sac à goûter panda, pour ramener le soir son cahier immense et nous le montrer pendant toutes les vacances.

Non non non, ça ne va pas être possible, pas alors qu'il y a 5 ans son frère a eu son sac en tissus avec son monogramme pour ramener dignement le fruit de son dur labeur (eh les mecs, la maternelle, quand même!).

Bon oui, je l'admet les aînés ont eu le sac en plastique, mais à quoi ça sert d'être aînés si après on ne peut pas se plaindre toute sa vie d'avoir été brimé par des parents amateurs, mmh?

Brefle, hop hop hop, avec ma machine magique et mon stock de coupons de tissus je suis encore dans le coup!



Et avec ça il pourra même l'emmener à Oxford :oP

J'avais oublié de vous montrer

Les cours de crochet, non madame, ce n'est pas que pour faire des dessous de soupière pour chez ta mémé.
J'te le prouve avec ma troisième housse de téléphone portable (patron home made mais qui ne m'a pas coûté cher en neurones: crochet taille 3, fil en coton. Pour un iphone monter 18 mailles pour la façade et crocheter en mailles simples jusqu'à la hauteur voulue, 20 mailles pour le dos idem, et assembler par des mailles simples avec la façade vers soi. Ca tombe pile-poil: le téléphone glisse bien dedans quand on veut le prendre et en même temps il est bien tenu il ne sort pas de sa housse sans avoir demandé la permission, c'est cool), lavable et anti-choc (et mon écran est toujours Nickel et sans trace de doigt, oh yeah). Cette fois je lui ai fait des fleufleurs façon dentellière.
Moi ça m'amuse.
(le téléphone n'est pas dedans pour le tendre, puisque j'ai pris la photo avec le téléphone!)

Je suis peut-être pas hipe du pavillon mais j'ai la classe quand je dégaine mon portable.


mardi 19 octobre 2010

Voyage immobile

Ma nouvelle vie au foyer ne m'avait pas encore permis jusque là d'entrevoir un moment pour souffler, je me demandais même dernièrement s'il m'en laisserait jamais et voilà que la course s'apaise enfin un peu, il me semble.
Voilà donc que ce matin, une fois tous mes compères partis à leurs autres vies, une fois la maison vidée de son bruissant tumulte du matin, je me suis offerte le luxe d'un bain.
Une envie d'eau me suivait partout ces temps-ci et - moi qui ait toujours eu en horreur l'idée-même d'aller seule à la piscine et ne l'avait jamais projeté auparavant - même si maillot et serviette m'attendaient depuis une semaine déjà dans le coffre de ma voiture dans l'espoir d'un créneau suffisant pour me rendre au bassin le plus proche sans difficulté (il faut croire que d'avoir fait des longueurs cet été pendant les cours de natation des loupiots pour l'obtention de leur brevet m'auront mises en appétit), je restais ce matin sur mon envie, en passe de devenir frustration.
Qu'à cela ne tienne, j'ai pris un bain.
Oui moquez-vous. Je suis déjà bien contente d'habitude quand j'ai la salle de bain pour moi toute seule pendant 20 minutes. Autant dire que l'opportunité de prendre un bain m'est... semestrielle?

Must de ma matinée: c'est dans mon bain que j'ai fini de lire le coeur cousus.


Je vais être bien triste ce soir de ne pas le retrouver.
Ce livre! Quel talent de conteuse que celui que possède Carole Martinez! Mesdames, mesdemoiselles, vous qui aimez, vivez, enfantez, cousez, chantez... accourez chez vos libraires pour dévorer cette épopée de femme(s). Une lignée de femmes liée à la terre, au ciel, au mystère, au magique, au divin, à l'étrange, à l'humain, aux corps des hommes.
Je ne suis pas prête d'oublier cette lecture-là.

Le temps de m'ébrouer de sa fin, j'ai accouru les cheveux trempés auprès de mes enfants sans cantine qui s'inquiétaient de voir tous leurs camarades s'éloigner sans me voir arriver...

jeudi 14 octobre 2010

Mon fou rire du jour

En mémoire d'après-midi mortelles à voir mes enfants manger des gravillons, qui sont à l'origine de mon envie pressante de jardin il y a 10 ans.
En mémoire de ce temps où je haïssais donc les squares (c'est quoi ce mot d'abord? "square"... ça fait pas envie: "vient on va au square!"mmmhh trop bien!) et grâce auquel je vis dans une maison (et je gueule sur mes gosses en toute impunité, penchant mauvais s'il en est, que la promiscuité, cette vilaine, m'empêchait d'assouvir, pfff).
Parce qu'elle m'a vraiment procuré le bon fou rire pas si fréquent, et parce qu'elle raconte sa dernière épopée de bac à sable si bien, je vous laisse cliquer: là.

lundi 11 octobre 2010

Un petit shoot #3

comme promis il y a quelques temps, je vous partage un peu de ma dope...  
Vous noterez ma générosité aujourd'hui j'espère: vous avez droit à 2 photos d'un coup d'un seul!

fiston devant le chat de Jaccometti

Fondation Maeght, juillet 2010, jardins

dimanche 10 octobre 2010

Quand je me ressemble

J'aime beaucoup son blog, je ne perd pas une miette de ses lectures qui inspirent parfois les miennes.Aujourd'hui je réponds à son challenge, parce que suivre un blog dans l'ombre c'est sympa, mais y participer ça va un peu plus dans le sens de ce que je veux vivre dans ma vie.

Alors même si mon appareil photo est dans les choux... mes fringues-types/préférées qui sont moi-tout-craché ce sont:

- un pantalon qui n'alourdit pas le derrière, que j'ai galbé. De rares jeans qui n'ont pas de poches basses au cul relèvent le défi, j'ai 2 exemplaires d'un modèle h&m que je porte souvent quand je ne travaille pas (Je ne travaille pas ces temps-ci...).

- un chemisier blanc (immaculé oui!) est mon habit fétiche pour sortir de chez moi. Je dois avoir 10 chemisiers blancs différents dans ma penderie, avec 3 ou 4 préférés sans doute. Quand j'en ai les moyens je prends mon temps pour en trouver un nouveau, et il me faut du temps pour me séparer des vieux devenus étriqués. J'aime beaucoup les pulls fins aussi, mais je dois dire qu'au quotidien ces temps-ci j'enfile une tunique en jersey fin fluide comme un gant.


- des escarpins, j'adore. Je les choisi, je les porte beaucoup, je les soigne chez mon cordonnier magicien. J'adorerai avoir les moyens de les collectionner, mais non. Le plus souvent chez moi je suis... pieds nus.


- des boucles d'oreilles. Pas imposantes mais je me sens à poil sans.

- et quand je passe la porte de la maison j'ai souvent avec moi une étole, en coton l'été (la fiancée du mékong fait ça très bien), en soie ou pashmina l'hiver (j'ai une merveille de soie bicolore surbrodée venant d'Inde qui me ravi depuis l'hiver dernier). 

Pas très original peut-être, mais c'est tout moi!

***


Sinon... Ô le doux week-end que je viens de passer!

jeudi 7 octobre 2010

Jour salé

J'ai passé des heures à confectionner une méga ratatouille et à la mettre en bocaux pour l'hiver. Ca m'a bouffé tout mon aprèm'. Ca tombe au poil (ou pas) pour faire l'autruche par rapport aux paperasseries de l'administration française, je me comprends.
J'ai fait un sort à quand même 500g de poivrons, 500g de courgettes, 500g d'aubergine blanche, 500g d'oignons et 1kg de tomates. Ca vous passionne hein!

Ceci-dit à vu de nez il me reste encore 5 bon kg de tomates... késkejvéfèr2touSSa?... 
Un crumble de tomates peut-être ...
Ou bien je fais des kilos de coulis en bocaux...  
Ca me saôule un peu là. Trop de tomates tue la tomate. C'est possible de faire une overdose de tomate? Ca existe le substitut de tomate délivré en milieu hospitalier pour se sevrer?

Pour changer ce soir c'était moules et boulgour de sarrazin (je limite le gluten en ce moment. Quand le cadet est en mode excité -et c'était le cas ces deux dernières semaines- je le fais toujours et j'en vois des effets), préparés en interrogeant l'un sur l'Orient au 3ème millénaire avant JC, l'autre sur le vivant et le non-vivant dans l'environnement, en insistant franchement pour que le 3ème file se laver, et en admirant les animaux étranges confectionnés avec passion par le 4ème avec des aimants sur le frigo.

Je vous passe la visite de chaque enfant me disant qu'il ne voit pas assez son papa. Je suis bien d'accord avec eux. Moi non plus d'ailleurs ce soir je me dis que je ne le vois pas assez.
Il est finalement rentré en nous disant qu'il n'avait pas vu le temps passer.
Ah ben nous si.

A table, gavés de moules, ils ont un peu boudé le boulgour. Comment je vais accommoder ça moi maintenant? pffff. Et si demain ce n'était pas moi qui cuisinait?


Je n'ai pas avancé mon projet d'Arts Plastiques de la semaine et j'ai des rendez-vous demain, j'vais me faire gronder lundi en plus!

Je vais peut-être aller me détendre à la piscine demain aprèm' malgré tout moi...

mardi 5 octobre 2010

Jour sucré

Après 2h de ménage (ô joie !) sur fond de musique qui bouge bien, j'avais commencé à poncer un peu d'enduits de rebouchage. Envie que ça avance dans la maison.
Après le mal de tête costaud qui m'a ramené à de basses réalités, j'ai décidé que ma journée avait malgré tout besoin de prendre un tour productif.
Et c'est aux fourneaux que ça s'est passé.

Sans photo pour vous épater (pourquoi mon appareil m'a lâché subitement il y a 15 jours? je n'ai toujours pas compris, et pourquoi itunes ne veut plus s'ouvrir depuis que j'ai réactualisé le logiciel et m'empêche donc de charger les photos de mon téléphone? va savoir Charles) je n'aurai que les mots....
- une recette de cookies moelleux d'une copine, pour le goûter des enfants. Très bon de l'avis général mais cuisson à stopper un tout petit peu plus tôt à mon avis, pour accentuer le côté moelleux si bien rendu par la copine l'autre jour. A moins qu'il ne suffise que je n'aplatisse pas la noix de pâte au moment d'enfourner. Moins plats ils seront peut-être plus fondants.

- une recette de confiture de tomates rouges découverte il y a peu et qui me tentait beaucoup, parce qu'avec les distributions de l'AMAP nous croulons sous ces beaux fruits sucrés. Une tentative à réitérer. C'est délicieux, assez proche de la mirabelle je trouve, à tenter à mon avis aussi bien en tartines, avec du fromage de chèvre, et même en remplacement du miel avec un magret de canard. Miam miam

Et puis j'ai envie depuis 10 jours de refaire des muffins à la carotte. J'ai même acheté ce qu'il faut mais les carottes sont en train de se pâmer dans le bas du frigo.

Or j'ai aussi une production sur le thème du Jeu à avancer en Arts Plastiques.
...
Demain? C'est mercredi demain... on verra si on peut avancer quoique ce soit d'autre que des petites voitures.

mardi 28 septembre 2010

Hipe du pavillon?

La boutique de l'audioprothésiste n'est pas la plus glamour du quartier.

Bon sang j'espère que mon oreille est plus jolie que ça. On est un peu moche de l'oreille quand même hein?

Sa tête déconfite quand elle me dit "mais vous êtes quand même jeune pour avoir tout ça, qu'est-ce qui vous est arrivé?" ne m'a pas beaucoup aidée non plus sur le moment.

Mais quand la nana m'a demandé si mes bouchons d'oreilles je les voulais transparents, ou jaunes, ou rouges ou verts ou bleus, ou ... J'avoue avoir hésité quelques millièmes de seconde.

... Mais finalement je me suis dit :
"T'es mignonne bichette mais je ne vais pas la jouer accessoire de mode du pavillon tu vois".
Et j'ai dit: "Transparent ça me semble suffisant".

Parce que si c'était pour me la jouer "regarde moi bien dans les oreilles, j'invente la new-coolitude, t'es un has-been de l'oreille vide, c'est conceptuel tu vois, je le porte sur moi/en moi et je ne le vois pas, mais toi tu me vois PLUS que si je ne le portais pas"...  autant que je continue à aller au ciné et au resto avec mes boules Quiès fluo à moitié enfoncées.
Mais j'suis pas fan.

Donc transparent et discret ça ira bien.
Surtout qu' à 90 euros la paire pas remboursée et vu mon budget mode, on n'est plus à l'échelle de "l'accessoire".


J'imagine déjà la discussion possible entre gosses si j'avais osé la couleur: "Qu'est-ce qu'elle a ta mère? Elle a de la cire verte dans les oreilles façon Shrek ou quoi?", "Non, ma mère faut pas l'énerver sinon elle devient Hulk; ça c'est des restes d'hier".
Mais c'est peut-être parce que je viens de lire (lire?) un Kid Paddle qui traînait sur le canapé. Ma soeur a changé de registre de cadeaux d'anniv' on dirait...