vendredi 5 septembre 2008

Chaque chose en son temps

Je me fais rare, je sais, et je me dis qu'il ne doit pas rester beaucoup de monde pour passer par ici maintenant, tant il passe de jours sans que les mots parviennent à se frayer un chemin jusqu'au moment de cliquer sur "publier le message".

Des mots je n'en manque pourtant pas. De maux non plus mais ce n'est pas le propos.
Les mots dits, les mots pensés, les mots lus, les mots tus, les mots étouffés, les mots effacés.
Ils ont manqués ou trop foisonnés, ils se sont perdus, ils se sont envolés. Je ne les ai plus.
Les mots vivent leurs vies, sitôt prononcés on ne peut plus qu'y penser, sitôt oubliés on ne peut plus les sauver, sitôt écrits ils sont déjà adressés.

J'en ai dit, pensé, entendus et lus, et j'ai pourtant la très grande impression d'en manquer. Pas comme les maux, on y revient.
Mais les mots sur les maux j'en ai trop, et surtout envie de m'en sevrer. Alors comme la parole est d'argent et que le silence est d'or, même si sur le blog la parole dort, vous permettrez peut-être encore un peu, qu' ici, pendant quelque temps les mots dor-ment.

3 commentaires:

Telle a dit…

Que leur sommeil te soit réparateur alors


(tu m'inquiètes un petit peu, là...)

Marijo a dit…

Repose toi bien
pour revenir en pleine forme

estelle a dit…

ça va bien quand même?...
appelle moi