lundi 13 octobre 2008

Question de féminité

Quand mon amie depuis 14 ans parle si bien de la transformation qu'une robe peut opérer sur notre quotidien, même si je lui ai déjà mis un com', j'ai bien envie -histoire de me recentrer sur ce que je suis plutôt que sur ce que je vis- d'évoquer à mon tour un semblant d'anodin qui me permet de me sentir femme.

Cela fait des années que je ne porte que de beaux sous-vêtements. Quel que soit le dessus, le dessous est beau, seyant, élégant, de qualité. Bon hormis à la maternité je l'admets (qui a eu droit à son slip en maille post-accouchement?).
A 19 ans je travaillais un été dans une boutique de lingerie de luxe, avenue de Longchamps à Paris, j'aimais déjà la lingerie, je n'ai plus jamais porté autre chose.
Chéri n'a jamais trouvé à s'en plaindre. J'ai parfois du mal à trouver ce qui serait décent chez l'ostéopathe, je veux dire qui ne serait pas inconvenant devant un autre homme que celui que j'aime.

Actuellement ma lingerie me permet de me sentir moi, et donc femme, dans un contexte où je ne m'autorise pas à être jolie en présence d'ouvriers en bâtiment qui m'inquiètent par leur omniprésence.
Comme je le lui disais, c'est bien pesant de ne s'autoriser ni décolleté, ni formes féminines trop apparentes, ni transparence aucune, des semaines durant. J'ai soif de retrouver mon allure, mon style, mes jupes et mes jolis talons, alors vive mes dessous chics!

Et vous mesdames? qu'est-ce qui vous fait vous sentir femme malgré tout?

4 commentaires:

dday a dit…

je me souviens encore d'un très jolie ensemble que tu avais acheté avec moi, nous avions 20 ans...
et moi aussi je m'y suis mise, et on m'en offre, et je pense souvent à toi en entrant dans une boutique de lingerie... ;-)
essaie une jolie robe dessus tes dessous chics, dès que tu t'en sens le droit!
je t'embrasse fort fort

biffures a dit…

Bonsoir Plume,
J'étais une fidèle lectrice de votre blog d'avant, perdu pendant les vacances, retrouvé à l'instant... (enfin je crois ?)
Moi, j'aime enfiler des bottes à talon, des talons assez hauts, et entendre le bruit de mes pas, sonore, claquant, sur le bitume parisien... La nuit, quand le silence fait résonner mes pas et que l'ombre entoure chaque chose de mystère, je me sens forte, une femme séductrice et sûre d'elle, qui avance, droite et décidée, vers le but qu'elle s'est fixée...
J'aime aussi mettre des talons à Québec, où vit mon amoureux, en plein hiver...
Mes pas hésitent dans la neige et sur la glace, le sol vacille ou se dérobe sous mes pas... Je goûte l'ivresse de la déstabilisation, et la douceur protectrice et rassurante de son bras qui me retient, me protège et me guide...
Femme fatale ou femme protégée ?
Tout cela à la fois, certainement.

Bon courage pour vos travaux...

Telle a dit…

Oui, la belle lingerie ne se voit pas mais elle se sent. Et je suis certaine que ça se voit au final sur notre allure, notre façon de marcher, de nous tenir, de nous asseoir...

(bon, j'avoue qu'à ce niveau-là, je souffre un peu ces temps-ci !
;-)

Bises en dentelle !

Brigitte a dit…

Pour moi, une paire de jolies boucles d'oreille :-)