dimanche 23 janvier 2011

Mon samedi extraordinaire (ou comment oublier le week-end précédent)

Samedi matin -  ce paragraphe est un interlude quin'arienavoiraveclasuitedel'histoireduweekend, vous êtes prévenus- j'ai eu un premier lever à 5h30 du mat' pour désinfecter les wawa du vomi du seul fiston qui avait pour l'instant résisté à ses hommages, et j'ai découvert par la même occasion que chéri était déjà au taquet vu qu'il a déboulé avec seau et balais prêt à lessiver le sol de la cuisine, comme ça, une impulsion de lessivage subite qui l'a prise (impulsion qui ne le prend jamais en temps normal, même à 11h, 15h, 20h, n'importe quelle heure, sauf grosso modo une fois par mois peut-être). Moi, la tête à l'envers je lui ai juste dis "gnn?? ça va pas bien la tête? on retourne se coucher oui, tu sais la journée qui nous attends? tu ranges ça tout de suite avant que ça réveille les enfants". Une fois recouché il était toujours prêt à s'occuper autrement, mais j'ai réussi a grapiller encore une heure de sommeil.

En me réveillant pour la seconde fois je savais la tenue qui m'attendait sur mon fauteuil, et avais connaissance du matos dans le salon et j'ai demandé en rigolant à chéri "mama mia... c'est vraiment des amis?", parce que déjà les 15°C de ma chambre me terrifiaient un peu. Mais je me suis quand même habillée en bibendum, j'ai avalé un kiwi, et j'ai attrapé ma tasse thermos pleine de thé.
Et nous avons refermé discrètement la porte de la maison sur nos enfants + ma gentille maman dévouée endormis, pour rejoindre un couple d'amis pour covoiturer en vue d'une expédition prometteuse (covoiturer en Audi A6 je vous recommande, moi j'ai apprécié!).

Armés de croissants pour avaler quelque chose avec notre café au point d'arrivée, nous avons finalement rejoint un autre couple d'amis. Au final nous étions donc bien 6 (dont 3 marathoniens, et une nageuse qui enfile les km de bassin... Chéri et moi on est les 2 autres vous avez bien compris :-)!) quand nous avons acquis l'équipement du jour, et que nous avons entrepris de monter sans chaînes et tous dans la même voiture (c'est passé limite grâce au passage récent de la déneigeuse et aux pneus neufs du monospace) sur le plateau de Beille où nous attendait la station littéralement vide, où la neige était tombée en abondance, par -11°C (sensation -13°C attendue avec le zef).

L'expédition a multiplié les sensations magiques, ponctuée par un pique-nique mémorable. Après un bel effort prolongé, debout sur une couverture de survie (les filles) pour contrer le froid qui pince pince et monte encore plus fort quand on est arrêté, nous sifflions de jolis petit vins du Jura en riant, en essayant d'attraper des chips avec des gants, en découvrant la salade congelée dans les sandwichs (et même en dansant sur I gotta feeling des Black eyed peas! dommage que le smartphone soit devenu introuvable 3h plus tard...).
Nous étions comme seuls au monde tous les 6, à faire nos traces (de ski de fond) dans un massif de rêve, au milieu d'une poudreuse exceptionnelle.
Partage:
P1000366
Sur la route en montant au plateau de Beille.
P1000377         
P1000387
P1000385
P1000394
P1000400
P1000411

Si je vous dis qu'à l'arrivée nous nous sommes glissés délicieusement dans les bains chauds à l'odeur de souffre d'Ax les thermes (et que j'ai eu un début de rêve érotique au hammam où je commençais à m'endormir), que je n'ai pas boudé mon plaisir à passer de bassins en bassins aux sensations multiples (quoi le frigidarium? dans tes rêves jamais j'y mettrais les pieds, il y a un ours qui s'y cache il a hurlé dedans tout à l'heure! Ah c'était toi chéri?), que c'était bon d'être tous les 6 béatements heureux d'être là et de partager tout ça, qu'enfin nous avons fini la journée chez les uns, à nous régaler de vin de paille et autres breuvages (il faut que je dise de boire avec modération dans un post pareil?) autour d'une fondue suisse, un moment drôlissime de fatigue bien arrosée, je crois que vous aurez une idée assez complète de la journée géniale, dont nous sommes finalement rentrés à 1h du matin en refermant doucement la porte de la maison derrière nous, accueillis par mes parents un peu ensuqués mais attendris par notre très souriante fatigue.

2011 commence très bien finalement.
Ce billet est sponsorisé par le Ministère de "Après la pluie le beau temps", et du Haut Commissariat à "La chkoumoune du week-end n'existe pas, ce n'est qu'une redondance de l'impression de toujours tomber sur la file du supermarché qui avance le moins vite", et est dédicacé à tous ceux qui ont eu l'impression de passer un week-end de merde.
Vivons vivants!!!!

Et le must, vous savez pas le must? On a tout payé en chèques vacances qui nous restaient de cet été, on a pas sorti un centime hiiiiiiii!

7 commentaires:

Anne a dit…

Rahhhh! J'en veux!!!

Et-fée-mère a dit…

Je suis trop jalouse, la neige, les bassins, les boissons, tout tout!!!

joanneh a dit…

J'ai découvert ton petit coin et je ne me lasse pas de te lire. Je ris devant mon Mac et j'ai déjà hâte d'être au prochain billet ! Moi j'adore cet adage "La Vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie" ! A très vite et merci....

kikizita a dit…

Hiiiiii, dément le WE !!!!
Vous êtes trop balaises !!!!

marijo a dit…

vivons vivants ! j adoooooore !
youuuuuh plume dans la neige
Alors là bravo et encore bravo pour cette belle journée
La classe !
Et dire qu ici y a pas de neige cette année
L année dernière c était sortie tous les week-ends en skating
et là Rien Nada Nothing Niente
L hiver n est pas encore fini ...

Plume a dit…

ouiiii, c'était biennnn!
Le plateau de Beille est dans les Pyrénées, à un peu moins de 2h de Toulouse, soyez pas jalouses, les pistes sont là pour tout le monde!
Bienvenue Joanneh!

Tili a dit…

waou :-)