mercredi 11 février 2009

Je m'en veux un peu

Je voudrais offrir de belles occasions à mes enfants pour qu'ils se créent de beaux souvenirs d'enfance. Pour que leurs enfances en soient vraiment, qu'elles regorgent d'anecdotes amusantes ou riches.
Pour qu'ils y pensent avec le sourire plus tard, qu'ils aiment en parler entre eux, pour qu'au-delà de leurs apprentissages l'enfance évoque pour eux des sensations, et des découvertes.
Beaucoup. Une foultitude. Pour qu'ils se souviennent de ces moments qu'on leur aura proposé, que l'on aura vécu ensemble, pour que cela renforce le sentiment de famille. Ces histoires communes et partagées.

J'en suis à mon 6ème mercredi non-travaillé.
Je sais que c'est l'hiver et que cela limite les mouvements mais je me déçois.
Nous ne sommes toujours pas allé aux Muséums que j'aimerai leur faire découvrir, je ne les ai emmené ni au cinéma, ni écouter des contes, ni voir des spectacles malgré le festival de marionettes, ni participer à un atelier de cuisine ou d'art, nous ne sommes pas allé aider au zoo après la tempête comme j'en avais envie, nous n'avons pas parcouru d'expo délirantes. Je ne saisi que les occasions qui se présentent sur mon chemin, je ne vais pas au devant.
Je ne leur fait pas faire de peinture ni de bricolage décoratifs à la maison non plus. A peine quelques pâtisseries.
J'aimerai leurs proposer des choses extravagantes, qu'il y ait de la place pour de l'exentricité dans leur vie, sans culpabilité, avec plaisir.

Je ne m'attendais pas à si peu d'initiative de ma part en 6 mercredi.

J'aimerai aussi qu'ils se disputent moins entre enfants d'âges différents. Cela me freine je crois pour faire des choses à l'extérieur. Mais je suis désapointée. Surtout quand j'ai l'impression qu'ils s'amusent plus avec mes beaux-parents.
A l'avant-veille de les envoyez chez eux 10 jours cela se cristallise ce soir.

Alors?... Chocolat?

5 commentaires:

Tili a dit…

Aaaaahhhhh les mercredi !
En te lisant je me demandes si mon sourire veut dire que j'ai cessé de culpabiliser...
Mais non, on est toutes pareilles ;-)

Anonyme a dit…

Ah, non, pas de culpabilité !
Les mercredis à la maison, c'est très chouette !
Mes meilleurs souvenirs restent ceux des parties de légos (ou de barbies) minutieuses, concentrées, pendant des heures et des heures, des constructions qui s'étalaient sur l'après-midi et la semaine, et se répétaient avec le même plaisir toujours renouvelé, de mercredi en mercredi...
Idem pour mon amoureux, aîné d'une fratrie de quatre enfants... Les jeux géants qui se transforment en excitation ou en bagarre, les fous rires et les disputes, mais aussi les longues longues parties de légos ou de petits soldats (bon, certes, c'est un peu sexiste comme jeu !) ont constitué ses meilleurs souvenirs d'enfance.
C'est la répétition, la lente élaboration des échanges et des partages qui construit les souvenirs et les joies de l'enfance, pas besoin d'extraordinaire pour être un enfant épanoui...
Et puis non à la perfection, au parcours éducatif modèle, aux activités sans cesse stimulantes, un peu de laisser aller ne fait pas de mal !
Et qui a besoin de prendre soin d'elle ? de se reposer ? de passer du temps à la maison, sans se casser la tête à inventer de multiples activités ludiques et éducatives et excitant leur sensibilité à la fois ?
Et puis c'est normal que ce soit un peu plus le fun chez les grands-parents, c'est l'excitation de la nouveauté... Et puis heureusement pour les grands-parents, parce que comme ça ça tisse un lien familial qui ne serait pas évident autrement... (parce que c'est difficile, par la suite, de conserver un lien vraiment fort avec les grands-parents...) Il faut profiter de ces moments simples du mercredi, sans se poser de questions, non mais !
Céci.

kikizita a dit…

Ceci. Anonyme (ci-dessus) a tout dit ! (ce qui ne m'empêche pas d'en rajouter une couche...)

Faut arrêter de culpabiliser. Tes enfants n'auront pas une enfance plus épanouie et comblée parce qu'ils auront été faire 36.000 activités chaque mercredi. C'est quand même le complexe des classes moyennes-sup', en faire plus pour les enfants, leur offrir plus d'opportunités, toujours plus. Pour qu'ils soient toujours mieux ! Comme si ce qui faisait une vie riche et remplie c'était les activités qu'on fait les unes après les autres, les programmes culturels ou artistiques...
Mais non enfin !
C'est important de glander à la baraque. De se chamailler avec les frères et soeurs. D'attendre avec impatience les vacances chez les grands parents chez qui on pourra enfin faire ci ou ça. De s'ennuyer. Et finalement d'inventer des trucs à faire qui ne relèvent pas de l'initiative d'un adulte.

T'inquiète, t'es déjà bien assez présente pour eux. Tu vas pas en plus te prendre la tête à te dire que tu es une "mauvaise mère".

Reprends donc une coupe de champagne...

Telle a dit…

Totalement d'accord avec les autres. Tu sais quoi, tu me fais penser à ma maman hier au téléphone. Elle a les garçons depuis le 9 et elle me dit "Tu sais, depuis que je ne me fixe plus d'objectifs de pédagogie, de progrès... avec tes enfants, eh bien, c'est beaucoup plus facile pour moi. Et s'ils jouent ensemble aux playmobils, je les laisse jouer !"
Ben oui, maman...

Ces activités dont tu parles ne sont pas forcément celles qui leur plairaient le plus. Je me souviens de longues sorties, de balades en voiture beurk beurk. On n'a pas d'emprise sur les souvenirs qu'auront nos enfants !

Dernière chose : les activités créatives comme le bricolage, la peinture, la patisserie, je les afis avec un seul enfant à la fois, voire deux mais jamais trois. On trouve toujours des plages horaires où ils ne sont pas tous là. Moi, c'est le mercredi entre 14h et 15h30, quand els edux gransd sont à leur activité que je m'amuse avec numéro 3. On verra pour aménager ça quand numéro 4 sera arrivé...

Bref, pas besoin de cinéma, de musées... ou alosr aps de façon systématique. Et dès qu'il fait beau, un pique-nique est le meilleur choix pour un mercredi réussi !

Bises, je me tais enfin

La Grenouille a dit…

Si tu savais comme, et comment, je l'avais rêvé mon congé parental, le dernier... Ah ! 6 mois enfin à s'arrêter pour pouponner, en faire profiter les trois autres, les "grands", par ricochet... Les vacances décalées, les musées, la peinture, les yaourts et le pain faits maison, les grandes petites choses à accomplir, le pittoresque au quotidien, et le sourire aux lèvres toujours, bien entendu...
Ah toutes ces promesses, mes petites promesses intérieures...
Et puis, et puis...
Si tu savais ce que je n'en ai pas fait, rattrapée par des bouts de réalité subis plutôt que choisis...
Aujourd'hui, je suis la seule à garder ce petit goût d'amertume, qui me fait aimer le café par exemple. Eux se portent bien, merci ! Et j'ai déniché un bon psy pour dans 10 ans, hé hé.
Le plus dur... ne pas essayer de rattraper aujourd'hui ce temps dont j'avais perdu la maille...
J'aime beaucoup ce que tu dis.
Tous les enfants ont-ils bien atterri, pour la 2e partie du voyage ?