lundi 10 novembre 2008

Hip hip hip

HOURRA !
:oD

C'est fini! C'est fini! C'est F I N I !

Il s'est pointé avec ses ouailles, il s'est retrouvé face à beau-papa et à un huissier, qui a pris l'identité de chacun, ça lui a fait tout drôle.
Quand il a compris qu'il ne s'en sortirai pas à sa façon (vous savez: la musclée et menaçante... il a eu le toupet de se pointer avec une facture de "suppléments"!), il a dit "je m'en vais et je reviendrai mercredi avec mon expert". Quand il s'est entendu dire "vous ne mettrez plus jamais les pieds dans cette maison, sauf décision de justice... c'est une propriété privée vous n'avez plus le droit d'y venir", ça lui a fait encore plus drôle.

Quand il a dû signer le solde de tout compte qui n'était pas du montant qu'il espérait, l'engagement à payer ses sous-traitants et à fournir les dernières décennales manquantes sous huit jours (par courrier!) son cas était réglé. Bon ça a quand même pris 1h30 de discussion très houleuse, mari chéri est crevé et moi je me rongeais les sangs au café, j'ai l'air de me la péter là...

L'huissier a fait le constat et dit que notre dossier est bétonné. Mais qu'il vaut mieux qu'on rentre nos voitures tous les soirs. :o$

Beau-papa vient de nous offrir des serrures toutes neuves, nous les changerons demain. :oP

Et qui est-ce qui va faire péter le champomy ce soir? ;oD

5 commentaires:

Brigitte a dit…

Hourra !!!!!! Je suis heureuse pour vous que toutes ces mésaventures touchent à leur fin. Profitez à présent !

Anonyme a dit…

J'ai pensé à vous aujourd'hui et suis contente de la tournure des évênements !
Mais...c'est parce que vous le valez bien !!!!
O

Telle a dit…

Youhou, contente, contente, contente pour vous !

Bises

Mema a dit…

hourra! voilà un beau dénouement! tu vas enfin pouvoir profiter sereinement de ta maison!

Anonyme a dit…

Youpi !
Se féliciter pour la persévérance, la patience, pour avoir réussi à traverser cette épreuve sans que la vie et la famille en pâtissent trop, se dire que ces soucis matériels n'auront pas eu raison de votre solidarité, ni de vos principes, que cette histoire est riche d'enseignements moraux.
Savourer la sérénité retrouvée - ou en tout cas la laisser revenir petit à petit - s'aérer l'esprit dans les beaux volumes de votre maison, dans sa blancheur, profiter d'un rayon de soleil le jour ou de la chaleur rassurante, le soir, sous la tempête...
Prendre cette période de travaux comme une parenthèse, et écrire une histoire nouvelle, à la manière d'un palimpseste, en pensant à tous les moments de bonheur déjà vécus dans ces murs...
Imaginer de nouveaux rires et de nouvelles discussions, de nouveaux souvenirs. Continuer à construire.
C.